Education à coups de bâtons

Ce montage vidéo, qui montre des sévices infligés à des élèves par leurs professeurs, circule sur le Net égyptien. ATTENTION, CES IMAGES PEUVENT CHOQUER.

Ce montage a été posté sur YouTube le 21 Février 2010. La date et le lieu du tournage de ces images ne sont pas connus, mais l’internaute "hazemhassenahmed", affirme qu’elles ont été prises à Tanta, en Égypte. Dans la première partie de la vidéo, on voit des professeurs frapper leurs élèves. Dans le texte intercalé entre les images, les professeurs sont comparés à Hitler et à Mussolini. Le message suivant apparaît également : "On leur apprend que la seule méthode, c'est la force." Dans la seconde partie de la vidéo, on voit des élèves agresser un professeur, avec ce commentaire : "Si vous leur apprenez que le plus fort a toujours le dernier mot, voilà ce qui ce passe." À la fin de la vidéo, l'internaute a ajouté une scène de brutalité policière.

Cette vidéo est publiée alors qu'une importante polémique se développe en Égypte, autour de l'actuel ministre de l'Éducation, Ahmed Zaki Badr, partisan de la méthode dure en la matière. La presse égyptienne rapportait, hier, qu'un professeur de mathématique avait cassé le bras d'un élève de primaire en le tabassant.

Une autre affaire de ce genre avait défrayé la chronique en octobre 2008. Un élève de 11 ans, Amr Badr, avait été battu à mort par son professeur qui lui reprochait de ne pas avoir fait ses devoirs. L'avocat de l'enseignant avait déclaré que "battre un enfant n'était pas interdit dans les écoles" et que son client n'avait enfreint aucune loi. Ce dernier a toutefois été condamné à six ans de prison pour homicide involontaire en décembre 2008.

Contributeurs

"Le ministre de l'Éducation pense que les professeurs ont perdu leur charisme le jour où on a interdit les punitions corporelles"

Abdel Hafid Tayel, directeur du Centre égyptien du droit à l’éducation.

On peut expliquer les mauvais comportements des professeurs égyptiens de plusieurs manières. D’abord, il y a le problème de leurs salaires. Un professeur vacataire, c'est-à-dire non titulaire, est payé 4 euros pour 10 heures de cours. En fin de carrière, un professeur titulaire ne gagne que 140 à 160 euros, qu’il ait enseigné en primaire, au collège ou au lycée.

En outre, les classes sont surchargées. Elles comptent jusqu’à 120 élèves. Les profs sont dépassés par le nombre d’élèves.

Il y a aussi un manque de contrôle des professeurs par le ministère. Les agents qui inspectent les classes veillent surtout à ce que le professeur ne fasse pas passer aux élèves des messages critiques du parti au pouvoir.

Il n’y a pas de loi interdisant les punitions corporelles, juste un décret émis par l’ancien ministre de l’Éducation, Hussein Kamel Baha Ed-dine. Mais il peut être révoqué par son successeur, Ahmed Zaki Badr, qui n’a jamais pris clairement position contre les punitions corporelles à l’école. D’après lui, les professeurs ont perdu leur charisme depuis qu’on a interdit les punitions corporelles à l’école."

 

" Je suis dans un collège privé et, chez nous, les profs nous disent que taper un élève, c'est mal"

Rowayda Khaled Moshrif, 13 ans, est scolarisé au collège Saint-Vincent-de-Paul du Caire.

Je suis dans un collège privé et, chez nous, les profs ne frappent pas les élèves. Ils nous éduquent bien et nous disent que taper un élève, c’est mal. Mais il est vrai que nous ne sommes que 40 ou 45 par classe, et la pièce est grande.

Je me rappelle que lorsque j’étais en primaire, on nous tapait sur les mains si on ne faisait pas nos devoirs. Parfois, on nous giflait ou on nous pinçait l’épaule. Mais ce n’était pas très violent.

Je sais que dans les écoles publiques, les élèves se font taper. Dans ces écoles, si les parents se plaignent parce qu’un prof a frappé leur enfant, les responsables leurs répondent : 'Vous voulez que vos enfants apprennent ou pas ?'"

Commentaires

chez nous en côte d'Ivoire

chez nous en côte d'Ivoire c'est dans les écoles Primaires que cela se passait. il y en avait plusieurs positions et le plus redoutable était les "quatre gaillards"
c't dire on choisi 4 grands élèves qui te prennent chacun un membre et, op te voila suspendu. le maître à son tour descend ta culotte et commence à te battre à coup de fouet jusqu'à ce que tu ne puise plus t'assoir. c'était vraiment cruel
ce qui à favorisé d'ailleurs l'accroissement du taux de déscolarisation.

en france on ne les tapes

en france on ne les tapes plus mais ils agressent quand même les professeurs !! faut-il chercher ailleurs une solution?

ECOLE PRIMAIRE ANNEES 50A60 ALSACE

Pendant ma scolarité dans ma classe ça se passait comme sur cette video.Cinq fautes en dictée et c'était des coups de règle sur les fesses sans parler des gifles. J'avais quelques difficultés avec l'orthographe,(alsacien,parents ayant fait l'ecole en allement) qu es ce que j'ai pu déguster; mon proffesseur était un vrai abruti!Heureusement que je ne l'ai plus revu après.Dans ma haine je crois que je l'aurais tué!!

la maltraitance scolaire

Completement écoeuré par ces méthodes talibanes ,nazis, kmers,ect ect je me permet de vous rappeler( les ayant moi même vécus) que dans les années 50
dans beaucoup d'école classée comme religieuse certain prof qui a l'époque
portaient le béret sur l'oreille, avait une attitude toute militaire voir une chemise de couleur brune ne supportaient pas tous ce qui representais a l'époque le sauveur Américain ainsi tous les elève surpris a lire "kiwi buk john" qui etaient de petits facicules de cow boy se voyaient gifflés violemment sous le falacieux prétexte de lecture violente ,aout 1944 venait juste d'être avec ses 140000 morts direct, et malheur a l'enfant qui machait du
chewingum il était ,ce fut mon cas giflé violement et pour ma part je fut levé de mon banc porté par les joues pinceés dans les doigts de ce nazis
refoulés je nous vous dirais pas le mot de consolation de mon pére "tu savait le chewing interdit ? alors pendant très longtemps j'ai souhaité le croisé Mais la colère n'est elle pas mauvaise conseillère

Un bon professeur est avant tout un pédagogue et non un tyran

Cette éducation est malsaine. Une bonne éducation vient avant tout de l'intérêt suscité par le professeur aux messages qu'il délivre.
Ici le seul message délivré est la violence.
Nous avons connu aussi ce type de maltraitance en France mais la différence c'est qu'en grandissant nous avons refusé que cela se reproduise sur nos enfants. La crainte tétanise et ne permet pas d'apprendre correctement.
Mieux est la pédagogie et l'amour de l'autre pour lui transmettre le savoir.
J'avoue que l'amour et la pédagogie sont loin d'être suffisante à ce jour et que des réformes seraient encore à entreprendre pour adopter l'école interactive où l'enfant ne travaille plus en individuel mais en collaboration avec ses camarades et le professeur.
L'école doit être un vrai lieu d'échange et de savoir avec le respect des uns envers les autres.
Pour l'amour de Dieu, ne cautionnez pas et ne laissez pas se reproduire ces actes de tortures.

La crainte de quelque chose est en tout cas utile pour retenir

Une expérience peersonnelle m'a permis de voir quel peut être l'impact de la peur de quelque chose dans l'assimilation au cours d'un apprentissage.En l'espace de moins de sept jours, dans une situation exceptionnelle et nouvelle et qui me faisait peur énormément,j'ai réussi à apprendre quelque chose qui ne semblait pas être à ma portée.
Je ne dis pas qu'il faut frapper ou passer par le corps.Mais ou bien l'élève voit bien une parte ou bien il voit un gain.

l'Enfance

Au sujet de toutes ces maltraitances et châtiments corporels, je conseille de découvrir le travail d'alice miller qui ouvrira les yeux de ceux qui ont été maltraités de cette façon et qui reproduisent cela sur les enfants pensant encore que c'était bien ainsi, parce qu'ils ne ressentent plus la douleur occasionnée par ces mauvais traitements ce qui était un moyen pour leur organisme de se protéger à l'époque, comme un disjoncteur lors d'une surcharge:

http://alice-miller.com/index_fr.php

Maltraitance et responsabilisation

Dans la même veine, je conseille aussi la lecture de « Un si fragile vernis d'humanité : Banalité du mal, banalité du bien », de Michel Terestchenko.

Le livre démontre comment la responsabilisation d’un individu se fait, notamment à travers son éducation. La personne qui aura été « élevé » à coup de châtiments physiques ou psychologiques apprendra à craindre l’autorité, mais non à faire des choix moraux. Résultat, il aura tendance à suivre aveuglement les ordres de ses « supérieurs », en renonçant à son jugement moral. Au contraire, celle qui aura bénéficié d’un milieu aimant et à qui on aura appris à distinguer le bien du mal aura tendance à prendre ses responsabilités morales. Il ne s’agit pas de la thèse principale du bouquin, mais j’en recommande fortement la lecture.

Les punitions corporelles n’ont pas leur place dans une société qui se veut civiliser. Et ce n’est pas parce que l’enfant est trop faible pour se défendre que cela nous autorise à le frapper.

Au moins nous commençons à réaliser que non seulement ces gestes sont ignobles, mais qu’ils ont fort probablement un rôle à jouer dans les pires violences que l’humanité s’impose. Avec un peu de chances, peut être un jour apprendrons nous à chérir et à respecter nos enfants.

patrick-l-existentialiste

Wallah c normal c sa la vrai

Wallah c normal c sa la vrai educasion

biento se cera pareil en france kan on laura conquise

ne nous etonnons plus!!

quand on voit ton expression et ton cerveau !! on commence a comprendre pourquoi tant de personne deviennent raciste! Dis moi si vous voulez nous colonnisez, il faudrait peute etre que vous arretiez de vous plaindre, et d'agir ,, la connaissance ne s'apprend pas par les armes! mais par le partage et la paix! et si tu es assez intelligent pour bien lire et bien comprendre, le coran ne dis pas de taper pour gagner ni de voiler la femme par ce qu'elle est inferieur!! alors un peu d'intelligence et apprend correctement et sans brutalite! tu verra comme on en est grandit et comme c'est plus efficace. quand je lis ce que tu as ecrit, ca confirme que le but n'est pas l'éducation quand on tape mais d'abrutir au point de formate des bagareur!



Fermer