Postée sur Flickr par "mrabanalc"

Les Mexicains vénèrent traditionnellement des saints locaux tels que la Vierge de Guadeloupe et le paysan Juan Diego, mais depuis quelques années, une nouvelle "sainte", pas franchement catholique, s'invite dans les rites et prières de nombreux Mexicains : Santa Muerte, ou Sainte Mort.

La mort occupe depuis toujours une place importante dans la culture populaire mexicaine. La tête de mort, loin d'être un symbole macabre, est festive, et les Mexicains s'offrent des pâtisseries sucrées en forme de crâne le lendemain de la Toussaint. Mais depuis peu, la mort est érigée en icône dans des chapelles improvisées à travers le pays. Des pèlerins s'y rendent pour y déposer des offrandes (comme des fleurs, des petites robes de mariée, et même des cigares) en échange de sa protection et son soutien.

L'église catholique condamne fermement ces pratiques, les qualifiant de "culte du diable". En 2009, elle a décrété que toute prière adressée à Santa Muerte était un pêché. Le gouvernement mexicain a refusé d'accorder au culte le statut de religion officielle, et les fidèles de Santa Muerte sont souvent assimilés à des hors-la-loi et trafiquants de drogue. Malgré cela, la dévotion populaire envers la sainte macabre ne cesse de croître.

Un fidèle au sanctuaire de Tepito, Mexico City. Posté par sur Flickr par David Sánchez 

"Je ne suis ni un drogué, ni un trafiquant, ni une pute"

Angie T. (elle ne souhaite pas divulguer son identité) vénère profondément Santa Muerte et lui dédie un blog de prières. Elle habite près de Monterrey, dans le nord du Mexique.

Le culte de Santa Muerte existe au Mexique depuis très longtemps, mais ce n'est que récemment qu'il est devenu aussi visible et répandu. Aujourd'hui, des gens de tous les âges et milieux sociaux lui adressent leurs prières. Nous pensons qu'elle intervient en notre faveur et nous protège. Je suis persuadée qu'elle m'est venue en aide plusieurs fois, dans ma vie personnelle et professionnelle.

Je ne suis ni un drogué, ni un trafiquant, ni une pute. Les fidèles de Santa Marta ont été injustement stigmatisés sans raison pour leurs croyances personnelles. Il y en a qui invoquent Santa Muerte pour faire le mal, mais c'est une petite minorité.

Les rites auxquels j'ai participés n'ont rien à voir avec les sacrifices d'animaux et invocations du diable dont on nous accuse parfois. Ils sont très similaires aux messes catholiques : nous prions, chantons, et invoquons aussi le Christ. De nombreux fidèles de Santa Muerte sont aussi des catholiques pratiquants."

"Les gens cherchent des nouveaux repères dans une époque d'insécurité et de malaise économique croissant "

Carlos Garma est professeur d'anthropologie à l'Université Métropolitaine Autonaume (UAM) de Mexico City. Il a étudié le phénomène Santa Muerte.

Avant, la dévotion à Santa Muerte était pratiquée en privé, chez soi. La pratique a commencé à évoluer lorsque les fidèles dans le quartier populaire de Tepito, à Mexico City, ont commencé à placer des icônes de Santa Muerte dans la rue.

Ce culte est un très bon exemple de ce que les anthropologues appellent une "religion de crise". Alors que le Mexique s'empêtre dans des problèmes économiques et sécuritaires toujours plus graves, la population se tourne vers de nouvelles sources de réconfort. Le phénomène Santa Muerte est comparable à l'essor de certaines églises évangéliques en Mexique. Tant que la crise que traverse notre pays durera, cette pratique continuera à grandir.

Même si c'est vrai que, de manière générale, on trouve beaucoup de fidèles de Santa Muerte dans les prisons mexicaines, on ne peut pas généraliser et dire que ceux qui la vénèrent sont des délinquants. Ils viennent de tous les pays, d'horizons divers et variés, et leur principale caractéristique commune est qu'ils viennent d'un milieu social modeste. Une des raisons pour lesquelles les gens voient en la mort quelque chose de réconfortant, c'est que face à elle, tous les hommes sont égaux."

Icônes de Santa Muerte

Une chapelle à Tepito, Mexico City. Photo postée sur Flickr par Jorge Salgado.

Des statuettes de Santa Muerte à vendre. Postée sur Flickr par "Chrissy575"


Mexico City. Postée sur Flickr par Michał Baranowski

Au sanctuaire de Tepito , Mexico City. Postée sur Flickr par Jorge Salgado

Mexico City. Postée sur Flickr par Patricio Lopez

Mexico City. Postée sur Flickr par Eduardo Towers Veytia

Santa Muerte et la Vierge de Guadalupe. Postée sur Flickr par Leonardo Reyes-Gonzalez

Pátzcuaro. Postée sur Flickr par Ank Sam

Tepito, Mexico City. Postée sur Flickr par Michael Andersen-Andrade

Postée sur Flickr par Dan Morales