Clontarf Boys Town, près de Perth, Australie occidentale. Postée par Michael Gormley sur son blog

À la suite du discours prononcé par le Premier ministre australien Kevin Rudd, dans lequel celui-ci a présenté des excuses publiques au demi-million d’enfants qui ont été victimes de maltraitance dans des institutions publiques du pays entre 1930 et 1970, l’Australie a tourné une page douloureuse de son histoire. Pendant une quarantaine d'années, des enfants âgés de 3à 14 ans ont en effet été placés dans des orphelinats et des foyers d'accueil australiens, dans lesquels ils ont été abusés physiquement, moralement et, pour certains, sexuellement. Entre 7 000 et 10 000 d'entre eux étaient des "innocents perdus" - des enfants originaires du Royaume-Uni envoyés en Australie pour servir de main d'œuvre gratuite.

L'initiative australienne pourrait être complétée par une autre, émanant cette fois du gouvernement britannique. Celui-ci envisagerait de s’excuser à son tour auprès des quelque 150 000 enfants qu'il a exilé de force aux quatre coins du Commonwealth au XXe siècle. En 1998, un rapport parlementaire britannique révélait les conséquences graves de ces déportations.

© ABCNews

Extraits du discours du Premier ministre australien :

"Nous sommes ensemble, aujourd'hui, pour vous présenter les excuses de la Nation. Pour vous dire, vous les Australiens oubliés et ceux qui ont été envoyés enfant vers nos rivages sans leur consentement, que nous sommes désolés.

Nous sommes désolés que, enfant, vous ayez été pris à vos familles et placés dans des institutions où, souvent, vous avez été maltraités. Désolés pour les souffrances physiques, les privations affectives et la froide absence d'amour, de tendresse, de soins [auxquelles vous avez été confrontées]. Désolés pour cette tragédie - cette tragédie absolue -, pour cette enfance perdue, cette enfance passée dans des lieux austères et autoritaires où les noms avaient été remplacés par des chiffres, les jeux spontanés par une routine réglementée, la joie d’apprendre par les corvées répétées de travaux subalternes. Désolés pour toutes ces injustices que vous avez subies, au cours de votre enfance."

"Cette reconnaissance ne m'apporte rien"

Michael Gormley a été déporté en Australie en 1953, à l’âge de 8 ans. Il raconte ses souvenirs sur le blog Clontarf Boys Town.

Je pense que les excuses de Rudd étaient nécessaires : c’est reconnaître la réalité des abus subis par ces enfants.

La société australienne a changé depuis les années 1950. À l’époque, personne ne croyait les enfants qui osaient se plaindre de leur sort. Vers qui pouvaient-ils se tourner ? La plupart d’entre eux - sinon tous - ont été abandonnés ou défavorisés.

La majorité des enfants déportés n’ont témoigné que plusieurs années après leur enfermement, notamment parce qu’ils avaient peur de parler de ce qu’ils avaient vécu, à des milliers de kilomètres de chez eux, dans des orphelinats, surnommés "chambres des horreurs" en Australie. En ce qui me concerne, je peux dire que, par chance et par la grâce de Dieu, je suis complètement rétabli, après plusieurs années de suivi psychologique.

Le Royaume-Uni devrait imiter les Australiens en s’excusant auprès des enfants déportés, ne serait-ce que pour aider ceux qui n’ont toujours pas digéré ce passé qui les hante. En ce qui me concerne, cette reconnaissance ne m’apporte rien."

Clontarf Boys Town, près de Perth, en Australie occidentale. Postée par Michael Gormley sur son blog.

Des enfants déportés. Postée par Michael Gormley sur son blog.

Clontarf Boys Town, près de Perth, en Australie occidentale. Postée par Michael Gormley sur son blog.