© Image : Shamshahrin Shamsudin.

En regardant les vidéos, dignes des films de super-héros, postées par les "Base Jumpers", on se demande qui peut être assez fou pour pratiquer ce sport. Et pourtant, selon notre Observateur, il serait moins risqué que le VTT...

Le "Base Jumping" consiste à sauter dans le vide à partir d'un pont, d'une falaise ou d'un immeuble - et non d'un avion. La chute est donc beaucoup plus courte, et il faut pouvoir ouvrir très rapidement son parachute, sous peine de s'écraser. Ce sport, qui semble incroyablement risqué, n'est toutefois pas illégal, sauf en ville.

Des "Base Jumpers" en action

Postée sur YouTube par "badpingoin".

"On parle de 133 morts depuis 1981"

Mick Knuston a effectué quelque 600 sauts de "Base Jumping". Il gère le site BLiNC

Le 'Base Jumping' a une histoire plus longue que ce que l'on pourrait croire. Le concept a été exploré dès le 15e siècle. Il a ensuite évolué par étapes. Des gens ont lancé dans le vide des animaux munis de parachutes, puis il y a eu la mort de Franz Reichelt, qui s'était jeté de la tour Eiffel en 1912.

Postée sur Viddler.

Mais le 'Base Jumping' tel que nous le connaissons n'est apparu que dans les années 1980.

Cette discipline a une mauvaise réputation parce que les statistiques concernant sa dangerosité sont mal interprétées. On parle de 133 morts depuis 1981. Mais entre 8 000 et 15 000 personnes pratiqueraient ce sport chaque année, chacune effectuant entre 20 et 50 sauts par an. Il y a donc plus de morts et de blessés dans d'autres sports de plein air, comme par exemple le VTT. Et contrairement à la course automobile, vous ne mettez en danger que vous-même.

Le pire accident que j'ai vu est un type qui s'est brisé le fémur à l'atterrissage. Il essayait un nouveau type de parachute et il ne s'était pas entraîné à utiliser ce matériel. Mais il s'en est sorti et il continue le 'Base Jumping'.

Les gens imaginent que nous sommes accrocs à l'adrénaline. Mais la raison pour laquelle je saute, c'est que lorsque je suis au bord du précipice, mon esprit est au contraire incroyablement clair. Quels que soient vos soucis, au moment du saut, tout est d'une clarté totale, c'est encore mieux que la méditation. Très peu de gens contrôlent vraiment leur vie. Lorsqu'on descend à 130 km/h, mais que l'on sait contrôler cette vitesse et survivre à l'expérience, on comprend vraiment ce que veut dire 'maîtriser'. C'est le sentiment de parvenir à contrôler sa peur qui est extraordinaire.

Comme des écureuils volants

Vidéo postée par "Jump Teigen".

Le 'Base Jumping' avec ce type de "wingsuit" est différent. L'homme a alors l'impression d'être un avion. Il ne tombe plus, il plane. Au lieu de chuter à près de 200 km/h, il tombe à 80 km/h, tout en progressant vers l'avant à près de 250 km/h. Quand le type passe devant la caméra, il a déjà chuté de 1 200 mètres et il lui en reste encore 4 500 à descendre. Les 'wingsuits' sont méchamment rapides !"

 

Postée par "comage".

Plus de – traditionnel – "Base Jumping"

Avec ses vallées profondes, la Norvège est l'une des destinations privilégiées des "Base Jumpers". Publiée par "nudua77".

Postée par "CRACKPOTy".