"Nanjing, Nanjing", fresque historique sur le massacre de la population civile de Nanjing perpétré par l'armée japonaise en 1937, connaît actuellement un succès retentissant dans les salles de cinéma chinoises. Le réalisateur est, toutefois, violemment attaqué sur le Net chinois pour son apparente compassion envers les soldats japonais.

Le 13 décembre 1937, en pleine Seconde Guerre mondiale, l'armée japonaise envahit Nanjing, capitale de la République de Chine. Suivent six semaines d'horreur pour l'armée défaite et la population civile. Pas moins de 300 000 Chinois périssent, victimes des pires atrocités.

Il aura fallu quatre ans, près de 80 millions de yuans (8,8 millions d'euros), et 20 000 figurants bénévoles pour que le réalisateur, Lu Chuan, parvienne à porter à l'écran cette épopée sanglante.

Dans "Nanjing, Nanjing" (en anglais "City of Life and Death"), le massacre est vu à travers le regard de plusieurs personnages : un soldat chinois, une institutrice, mais aussi un militaire japonais pris de remords - qualifié par des internautes d'"Oskar Schindler japonais".

Projeté depuis le 22 avril dans plus d'un tiers des salles du pays, le film a engrangé en cinq jours 7,5 millions d'euros. Un succès qui, après quelques retouches, se paie le luxe d'une promotion effectuée par le Département de la propagande du Parti communiste chinois; "Nanjing, Nanjing" fait désormais partie de la liste des dix films recommandés pour commémorer les 60 ans de la République Populaire de Chine.

La bande-annonce

"Le réalisateur est chinois ou japonais ?"

Commentaire postée sur ce forum.

J'ai survécu à ce massacre. Le film de Lu Chuan m'a fait mal. Je ne parle pas de l'histoire, mais de la façon dont elle a été traitée par le réalisateur.

Pourquoi avoir utilisé le soldat japonais "Kadokawa" comme narrateur et sous-entendre  qu'il aurait joué le même rôle que Schindler ? c'est vraiment insupportable. Ce n'est même plus de la fiction, c'est un film révisionniste.

L'armée japonaise a tué plus de 300 000 Chinois pendant l'invasion de la ville. Devant cette tragédie sans précédent, pourquoi inventer un personnage qui crée la confusion ? Le réalisateur est chinois ou japonais ?

S'il a fait ça juste pour conquérir le marché japonais et gagner de l'argent, il n'a pas de morale !"

Posté par Ebayeye sur le forum Sina.

Cette histoire sanglante a un goût amer pour la nation chinoise. Nous ne devons pas oublier. Pardonner ? Certaines choses ne peuvent pas être pardonnées. Avoir de la compassion pour l'ennemi serait une souffrance pour nous."

Commentaire posté sur le forum Mop:

Les films historiques font toujours passer les Japonais pour des niais, courts sur pattes et mentalement dérangés. Mais c'est trop facile d'insulter les ennemis qui nous ont défaits. Je n'aime pas ces nationalistes primaires qui passent leur temps à crier à tout va qu'ils vont se venger et assiéger Tokyo. Vous êtes pires que Ah-Q [personnage mythique de la littérature chinoise qui refuse de reconnaître ses difficultés et tourne tout en victoire] parce que, de votre vie, vous ne mettrez certainement jamais les pieds au Japon."

"Les Japonais ont été les seuls adversaires de la Chine à s'acharner sur les civils"

Jing Shenghong est professeur à l'Université Normale de Nanjing et spécialiste de l'histoire du massacre de Nanjing.

Le réalisateur a eu raison de raconter aussi cette histoire à travers l'œil d'un soldat japonais. Il ne s'agit pas d'améliorer l'image des Japonais, mais de donner à voir une autre réalité sur ces évènements. Une partie de l'armée japonaise a eu honte pendant les massacres et a éprouvé de la compassion pour les Chinois : certaines archives l'attestent. Le journal de John Rabe [nazi et président du Comité international pour la zone sécurité de Nanjing, qui a sauvé plusieurs milliers de Chinois], ainsi que d'autres témoignages d'Occidentaux, le prouvent.

Mais à ceux qui disent que l'officier japonais est l'Oskar Schindler des Chinois, je réponds que la comparaison n'a pas lieu d'être. Le Japonais n'a sauvé qu'un ou deux Chinois avant de se suicider. C'est complètement différent que ce que Schindler a fait.

Le traumatisme suscité par ce massacre est encore extrêmement présent. C'est un mélange d'humiliation et de tristesse. Dès que l'on aborde le sujet du Japon, cela ravive les ferveurs nationalistes. Les Japonais ont été les seuls adversaires de la Chine à s'acharner sur les civils. Les combats qui ont opposé Pékin à d'autres nations ne se sont fait qu'entre soldats. Il existait à l'époque une haine entre la Chine et le Japon, qui s'est transformée aujourd'hui en méfiance et en gêne."

Les photos du films

Photos postées sur Chinasmack

 

 

 

 

 

Le mémorial de Nanjing

Posté sur Flickr par Nicolas Harter

Posté sur Flickr par Anton Hazewinkel

Posté sur Flickr par glazaro

Posté sur Flickr par wuji9981

Japon /  histoire /  guerre /  cinéma /  Chine