Observateurs

A quelques semaines des élections législatives libanaises, Walid Joumblatt, leader politique druze, s'est tiré une balle dans le pied en qualifiant la communauté maronite (l'une des communautés chrétiennes d'Orient) de "mauvaise race".  

Ce pilier de l'Alliance du 14 mars, qui regroupe les partis politiques de la majorité dite anti-syrienne, a qualifié les maronites, soit la principale communauté chrétienne du Liban, de "mauvaise race" lors d'une réunion privée avec des dignitaires religieux druzes. Les images de ce dérapage, filmées par un téléphone portable, ont été diffusées au début de la semaine par plusieurs médias libanais, provoquant un tollé et les protestations des alliés maronites de Joumblatt. Au cours de son discours, le leader druze égratigne également son plus puissant allié, sunnite celui-là, Saad Hariri. Cette vidéo ne pouvait tomber plus mal à quelques semaines des élections législatives du 7 juin au Liban et risque de peser sur le vote des chrétiens indécis que se disputent les alliés de Joumblatt et le parti du général Aoun .

Le chef du Parti socialiste progressiste, surnommé "la girouette" par ses détracteurs à cause de ses fréquents renversements d'alliance, a présenté jeudi ses excuses aux maronites et annoncé son intention de visiter le Patriarche de la communauté avant la fin de la semaine.

Extraits du dérapage de Joumblatt filmé par un téléphone portable

Ces réflexions privées entre druzes montrent les divisions persistantes qui empoisonnent les relations entre alliés druzes, maronites et sunnites au sein de la grande alliance majoritaire, dite du 14 mars. Ce que dit Walid Joumblatt :

"Comment s'appelle-t-il celui-là... Samir Geagea [leader des Forces Libanaises, principal allié maronite de Joumblatt]. Il aurait bien aimé voir les druzes se battre contre les chiites, même certains sunnites le souhaitaient [ici, Joumblatt fait référence au conflit de mai 2008 qui opposa à Beyrouth les milices chiites à l'Alliance du 14 mars]...On a vu les sunnites à Beyrouth, hein ! Ils ont tenu un quart d'heure..." [durant le conflit, 1 000 combattants sunnites auraient été ramenés en renfort de la région d'Akkar, dans le nord du pays, mais n'ont pas réussi à repousser les milices chiites].

Joumblatt traite ensuite les maronites de "mauvaise race".

"Les prochaines élections ne feront aucun changement fondamental, mais le problème du Chouf [fief politique de Joumblatt], c'est que nous ne maîtrisons plus la liste avec le retour des isolationnistes [chrétiens qui veulent maintenir le Liban hors du conflit israélo-palestinien]. La mauvaise race restera mauvaise, malheureusement, et s'il ya bien quelqu'un qui connait les maronites, c'est bien les Joumblatt et les druzes."