Montage réalisé par Trysk

Au-delà du sommet de l'ONU sur le racisme organisé à Genève, boycotté par plusieurs pays, le racisme existe au quotidien sous différentes formes, sur tous les continents, avec des variations de degrés selon les époques. Mais vous, vous croyez-vous à l'abri du racisme ?

Un test en ligne d’associations implicites (IAT), élaboré par l'université américaine d'Harvard en 1998 et remis au goût du jour durant les élections outre-Atlantique, permet de tester si vous préférez les Blancs aux Noirs ou vice versa.

Après un tutorat de plusieurs minutes, des concepts et des visages sont montrés et il faut répondre le plus vite possible car le temps d'hésitation influe sur le résultat du test, qui se décline selon le pays d'appartenance. 

Mais le questionnaire fait polémique. Il ne peut distinguer comment une personne se comporte dans le monde réel. Il ne distingue pas si elle hésite parce qu’elle a mauvaise conscience par rapport aux minorités ou parce qu’elle les hait. Et avec un peu d’entraînement, il peut se laisser biaiser.

Êtes-vous raciste ? Faites le test

Cliquez sur la photo pour aller sur le site du test de l'Université d'Harvard. Choisissez votre pays, un genre de discrimination (âge, sexe, origine) et commencer le questionnaire.

Partagez votre avis sur les résultats que vous avez obtenus et dites si vous êtes satisfait ou pas.

"Ces tests ne laissent pas de place au politiquement correct"

Jean-Francois Amadieu est professeur agrégé en Sciences de gestion à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne. Il est aussi directeur de l’Observatoire des discriminations et a lancé différents tests sur le même modèle que ceux d’Harvard.

Ces tests sont intéressants, car ils tendent à faire ressortir des stéréotypes. Dans l’ensemble, ils sont assez fiables, car si l’on ne répond pas rapidement, ils sont annulés en quelques millisecondes. Les scientifiques ont prévu une période de rodage pendant les premières secondes des tests, ce qui permet de prendre en compte, par la suite, les changements de rythme de la personne et d’en tirer des conclusions.

Le principe, c’est que plus on impose un temps de réaction court, moins il y a de place pour le politiquement correct. Ces tests IAT (tests d’association implicites) font ressortir la spontanéité, à l’inverse des tests explicites qui laissent le temps de la réflexion. Il faut savoir que les tests proposés par Harvard sont des démonstrations, ils ne correspondent qu’à une partie de tests plus longs.

Les résultats peuvent être utilisés à des fins de recherche sur les stéréotypes, mais ils peuvent aussi servir à sensibiliser certaines populations afin qu’elles prennent conscience de ceux qu’elles véhiculent. Ils sont par ailleurs utilisés par des recruteurs ou des managers qui désirent gagner en objectivité. Ces techniques permettent en effet de mesurer le poids des préjugés qui peuvent inconsciemment jouer au moment d’une embauche - un prénom ou un trait physique par exemple - et conduire les recruteurs à tenter de s’en défaire.