Qui était derrière les émeutiers qui ont pris d'assaut le palais présidentiel moldave, ce mardi ? Pas nous, affirme Oleg Brega, le leader d'un des groupes à l'origine des manifestation contre le Parti communiste, au pouvoir.

Qui est derrière les émeutiers qui ont mis à sac le Palais présidentiel moldave, hier ?

Mardi, des manifestants protestant contre la victoire du Parti communiste aux législatives de dimanche ont pénétré de force dans les bureaux de la présidence et dans l'enceinte du Parlement. Certains sont ensuite ressortis avec des meubles et des ordinateurs qu'ils ont brûlés dans la rue (voir les photos), au cri de "A bas le communisme" et "Nous exigeons un nouveau décompte des bulletins". Le président Vladimir Voronine, qui appartient au Parti communiste moldave (PCM), a accusé la Roumanie d'être impliquée dans les émeutes. Ce que la Roumanie a immédiatement démenti.

Plus d'informations sur ces manifestations et le contexte politique moldave.

Les photos prises mardi par notre Observateur "Alexandru" (pseudonyme)

La manifestation pacifique sur la place centrale

 

 

La manifestation dégénère. Photos prises devant le Parlement.

"Le président évoque la responsabilité de la Roumanie - c'est complètement faux"

Oleg Brega, 35 ans, est cinéaste à Chisinau et membre fondateur du Hyde Park, un groupe d'opposants à l'ancien président communiste de la Moldavie, Vladimir Voronin. Son groupe, fondé en 2003 suite à la fermeture du programme de radio du même nom, a participé à l'organisation du mouvement contestataire né après les élections législatives du week-end dernier.

Je suis un membre de Hyde Park, organisation qui a favorisé la mobilisation de lundi matin. Mais notre groupe s'est retiré lundi soir, après que le mouvement eut été détourné au profit du parti au pouvoir. Lundi soir, à 20h, certaines personnes restées à l'arrière du cortège, sur la place principale, ont commencé à commettre des actes illégaux. J'ai vu une vingtaine de personnes se comportant comme des drogués. Le lendemain, ils étaient au moins une centaine, très agressifs et impossibles à retenir. Nous avons compris que le mouvement allait être détourné dans d'autres buts, donc nous nous sommes retirés. Nous n'avons pas pris part aux émeutes de mardi. Je pense que le Parti communiste est à l'origine des heurts.

Bien entendu, tous les jeunes qui ont pris d'assaut les bureaux de la présidence, mardi, ne sont pas des provocateurs. Il y avait de simples étudiants parmi eux. La Moldavie est un des pays les plus pauvres de la région. Les frontières sont fermées, à l'est comme à l'ouest. Le chômage est très élevé. Toute la population est en colère, et n'importe qui peut être influencé et provoqué.

Le président évoque la responsabilité de la Roumanie - c'est complètement faux. De nombreux Moldaves se rendent en Roumanie, car nous nous sentons tous membres d'un seul peuple. Il y a aussi beaucoup de Roumains qui vivent et travaillent en Moldavie. Mais je n'ai vu aucun signe d'une participation roumaine dans les manifestations.

Actuellement (15h mercredi), je me trouve dans un défilé sur la place principale, Piata Marii Adunari Nationale. On dirait qu'il y a de nouvelles provocations. Il y a des gens qui jettent des objets vers la police, mais aussi d'autres qui leurs disent d'arrêter. Les gens crient "A bas les communistes" et "Liberté".