L'un de nos Observateurs à Singapour s'interroge sur la possibilité d'appliquer le modèle singapourien d'urbanisation à la France. Un modèle qui, selon lui, permettrait de réduire la criminalité en banlieue.

Gautier se décrit sur sa fiche profil comme "un Français en Asie, voyageur tolérant mais pas sans valeurs".  

À Singapour, 81 % de la population vit dans des HDB, l'équivalent local des HLMs [contrairement aux Habitations à loyer modéré françaises, les HDBs sont des logements qui peuvent être loués, mais aussi achetés en bénéficiant d'une subvention de l'État]. Il y a 23 zones de HDB, qui héberge chacune entre 50 000 et 230 000 personnes (150 000 en moyenne). La surface des appartements va de 45 m2 pour un deux pièces à 110 m2 pour un cinq pièces. Les loyers oscillent entre  536 euros pour un deux pièces et 976 euros pour un cinq pièces.

Singapour est un pays ou la criminalité reste très faible : 715 crimes pour 100 000 habitants ont été répertoriés en 2007 (en France, le chiffre est de 3 600 pour 100 000 en 2008, uniquement pour les "atteintes aux biens"). La cité-État n'a, par ailleurs, enregistré que 19 meurtres et 750 vols en 2007, pour une population de 4,8 millions d'habitants, dont 25 % de migrants. Une statistique intéressante pour un pays dont la population, principalement d'ethnie chinoise, compte également une forte minorité de Malais et d'Indiens (bouddhistes à 42,5 %, musulmans à 14,9 %) et quatre langues officielles (huit parlées couramment). 

Comment cela marche ? J'habite à Bishan, une zone HDB plutôt petite (67 400 habitants).  Les boîtes à lettres sont intactes, il n'y a aucun graffiti sur les murs, aucune voiture qui brûle, pas de vigile dans les supermarchés.  Ce calme est en grande partie dû à la structure de la zone. Il n'y a pas d'énormes immeubles, mais de nombreux îlots. La présence de très nombreux commerces, qui ne sont pas situés dans de grands centres commerciaux, même si ceux-ci existent. Tous les services sont à proximité immédiate : médecin, pharmacie, banque, bibliothèque, centre de loisirs, métro, gare de bus, école, église, mosquée et temple. Le poste de police (2 à 3 agents) ferme dès 22 heures pour ne rouvrir qu'à 6 heures. Mais le principe de "tolérance zéro" pour les crimes est appliqué avec intransigeance : tout acte criminel est puni."

Vous souhaitez participer vous aussi aux Observateurs de France 24 ? 

Les banlieues parfaites

Photos par Gautier.