Malgré les pressions, le président élu des États-Unis, Barack Obama, n'a pas pris position sur l'offensive israélienne dans la bande de Gaza. Il a simplement affirmé, dimanche sur ABC, vouloir s'engager sur ce dossier dès sa prise de fonction le 20 janvier. Veut-il, ou peut-il, révolutionner la diplomatie américaine dans la région ? Souhaitera-t-il parler avec le Hamas ? Sur place, nos Observateurs israéliens et palestiniens nous livrent leurs impressions et leurs attentes.

"Obama n'est pas un super-héros"

Ghassan Abdullah est un informaticien vivant à Ramallah.

Malgré les bonnes intentions évidentes de Barack Obama, je n'attends rien de positif de la part des États-Unis. On dit qu'il veut sauver le monde, mais je ne suis pas optimiste. Je suis en train de lire un livre qu'il a écrit, son parcours impressionne, certes, on pourrait s'attendre à beaucoup de bonnes choses, mais il n'est pas un super-héros. Il reste soumis, comme tous ceux qui l'ont précédé à ce poste, aux intérêts supérieurs américains et en proie aux pressions des différents lobbies.

Et quand on voit les personnes qu'il a nommé dans son équipe, je pense à Rahm Emmanuel, je me dis qu'il sera difficile pour lui de résister au lobby pro-israélien. Diplomatiquement, les États-Unis préfèrent, comme le disait Henry Kissinger, continuer à 'contrôler l'instabilité', pour agir comme arbitre. Je vois mal Obama commencer à discuter avec le Hamas avant de parler avec l'Iran. Il n'y a que le pétrole qui intéresse les Américains, ils agiront selon leurs intérêts, comme d'habitude."

"Je ne pense pas qu'Obama ait l’intention de nuire à Israël"

Niv Calderon habite à Tel-Aviv, il soutient l'offensive israélienne en "combattant" sur les réseaux sociaux.

Si j'avais été américain, j'aurais voté pour lui. Son charisme, son intelligence et sa vision du monde est une bonne chose pour les États-Unis. J'aurais aimé avoir un leader comme lui.

L'amitié qui existe entre son pays et le mien est non seulement très forte, elle est surtout irremplaçable. Je ne pense pas qu'Obama ait l'intention de nuire à  Israël. Au contraire, lors de sa dernière visite, il s'est rendu à Sderot, une ville touchée par les missiles du Hamas. Il y avait exprimé sa solidarité avec les habitants, affirmant que s'il était confronté au même problème chez lui, il ferait tout pour faire cesser les attaques. C'est ce que fait aujourd'hui Israël qui combat un groupe qui veut l'annihiler. Je ne sais pas si Obama pourra obtenir quelque chose du Hamas s'il décide de parlementer avec eux.

Je ne suis ni optimiste ni pessimiste, je ne sais pas ce qu'il prépare, on le jugera sur ses actes et j'espère qu'il réussira à régler les problèmes. Je sais qu'il a engagé des personnes qui travaillaient avec l'administration Clinton, qui ont une bonne expérience de la région. Vu de chez nous, c'est l'homme adéquat. Je crois en l'homme, pas en la marque Obama."

"'Yes We Can' arrêter l'occupation, maintenant"

Manifestation pro-palestinienne à Chicago. Photo postée le 2 janvier 2009 sur Flickr par "$public$".