Cette Londonienne court vêtue est la dernière victime de Google Street View. Son décolleté fait un tapage sur le Web. Si vous sortez au bras de votre amant(e), attention, un camion-espion de Google est peut-être en bas de chez vous...

Cette photo a été prise par Google au 108 Queensway, Paddington. Si vous tapez cette adresse dans Google Map, vous pourrez voir la scène en 3D.

Il semble que des internautes s'amusent désormais à poster des copies d'écran des scènes les plus cocasses débusquées sur Google Street View. Une pratique qui met à nouveau en lumière les problèmes d'atteinte à la vie privée posés par cet outil et que nous évoquions il y a quelques mois dans ce billet.

-----------

Prenez garde si vous embrassez votre maîtresse dans la rue ou si vous avez pour habitude de bronzer torse nu dans votre jardin. La voiture de "Google Street View" voit tout et vous pourriez vous retrouver en photo sur Internet via la dernière application de Google.

La domination de Google s'étend. Après Google Earth et Google Maps, le géant californien vous invite à découvrir en photos des centaines de villes du monde entier. On peut désormais "visiter" les Etats-Unis, la France, le Japon, l'Australie, l'Espagne et l'Italie sans bouger de son fauteuil. Le prochain sur la liste est le Royaume-Uni, les voitures de Google, équipées d'appareils photos, sont en train de sillonner le pays.

A son lancement, Google Street View a été plutôt bien reçu par les Internautes du monde entier, qui peuvent s'en servir pour chercher une nouvelle maison ou pour se donner un lieu précis de rendez-vous. Mais certains n'acceptent pas d'être pris en photo à leur insu. Au Japon, des avocats ont monté la "Campagne contre la société sous haute -surveillance", quelques semaines après le lancement de l'application. Au Royaume-Uni, les anti-Street View, ont décidé de prendre Google à son propre jeu, ils se sont lancés à la recherche des voitures Google.

"N'importe qui peut reconnaître sa petite amie qui embrasse un inconnu"

Jean-Marc Manach est l'un des organisateurs du Big Brother Awards.

Aux États-Unis, Street View a été plutôt bien reçu. Des gens sont même venus déguisés le jour du passage de la "Google Car".

En France, Google a fait le buzz en "couvrant" l'épreuve cycliste du Tour de France. Tout le parcours, plus les grandes villes, comptent désormais parmi les zones couvertes de Google Street View.

Je ne dirai pas que c'est une atteinte délibérée à la vue privée, ce n'est en tout cas pas le but de Google. Mais n'importe qui peut reconnaître sa petite amie qui embrasse un inconnu, même si les visages sont floutés...

En cas de litige, il y a un bouton qui permet aux utilisateurs de dénoncer les photos choquantes. Aux Etats-Unis, des clichés montrant des jeunes filles qui montraient leurs seins ont depuis été retirés.

Ca ne m'étonne pas que des habitants du Royaume-Uni s'élèvent contre l'arrivée de Street View. Dans un pays où des milliers de caméras filment 24 heures sur 24 les grandes villes, il y a depuis quelques années un sursaut citoyen. Les gens en ont tellement assez du fichage que le gouvernement n'arrive même pas à mettre en place un système de cartes d'identité..."

"Les risques juridiques et judiciaires attachés à Google Street View sont assez faibles"

Bruno Anatrella est juriste à Paris, spécialisé dans le droit à l'image.

En tant qu'internaute et utilisateur de Google Street View, je trouve le concept et l'outil intéressant.

Sur le plan juridique, plusieurs questions peuvent se poser. D'une part, sur le plan du droit l'image, du droit au respect de la vie privé et des libertés individuelles (telle que la liberté d'aller et venir), les piétons ainsi que toutes les personnes utilisant la voie publique lors du passage de la "Google Car" ne sont en principe pas identifiables ou "floutées" le cas échéant, ce qui permet de diminuer fortement les risques juridiques.

D'autre part, sur la question de pouvoir filmer sur la voie publique sans autorisation, la "Google Car", sillonnant les rues de nos villes comme toute autre voitures, ne crée pas plus de gène que la circulation normale et n'est, en principe, pas susceptible de porter atteinte aux droits des piétons et automobilistes, Google ayant pris soin, par ailleurs, de retirer ou de "flouter" les "sites à risques" (bases militaires, ministères).

Les risques juridiques et judiciaires attachés à Google Street View sont donc assez faibles.

Les photos prises du ciel peuvent être susceptibles de porter atteinte davantage à la vie privé; on peut voir votre maison, qui n'est pas visible de la rue, ou même votre piscine, que vous n'avez pas déclarée aux impôts..."

Réactions autour du monde

ROYAUME-UNI : Pour se venger de l'arrivée de la "déferlante Orwelienne Street View" au Royaume-Uni, le site "The Register" invite ses lecteurs à prendre en photo la voiture de Google qui prend des clichés du pays et à les poster sur... Google Maps.

 


ETATS-UNIS : A Pittsburgh, en Pennsylvanie, on salue la voiture Google en famille.

ITALIE : Le conducteur de cette voiture a mal choisi son moment pour faire des rencontres au bord de la route...

ESPAGNE : Un motard visiblement pas fan de Street View.

JAPON : Les internautes peuvent désormais suivre les histoires d'amour de leurs voisins.

ETATS-UNIS : Sur Flickr, des internautes s'interrogent sur la possibilité pour les assurance d'utiliser cette application.

FRANCE : En cherchant notre lieu de travail, on s'est aperçu qu'une des membres de la Team Observers avait été prise en photo !