Les épouses de candidats sont rarement épargnées en période de campagne électorale. La campagne américaine ne fait pas exception et les femmes de Barack Obama et de John McCain sont déjà les cibles d'attaques virulentes. L'une est traitée de junkie, l'autre accusée de n'être pas assez patriote.

Michelle Obama est sous les feux de la rampe depuis que les médias ont ressorti l'une de ses interventions - faite il y a quatre mois - pendant laquelle elle avait déclarée que "pour la première fois" de sa "vie d'adulte", elle se sentait "fière" de son pays. Ces propos maladroits ont été accueillis avec une certaine bienveillance par Laura Bush, qui a expliqué à la presse que Michelle Obama avait certainement voulu dire « plus fière » plutôt que fière pour la première fois. Cindy McCain n'a pas été si clémente. Elle a immédiatement rétorqué devant les caméras de télévision : "Je ne sais pas pourquoi elle a dit ça. Tout ce que je sais c'est que moi j'ai toujours été fière de mon pays".

Cindy McCain est pourtant elle aussi la cible des blogs démocrates. Ils l'accusent d'être dépendante au paracétamol, une addiction révélée en 2000 et confirmée par l'intéressée. La bataille des premières dames s'annonce rude.

"Pour la première fois de ma vie, je suis fière de mon pays"

Michelle Obama prend la parole à Milwaukee, Wisconsin, le 18 février dernier. Postée sur Youtube par spaceneedle1000.

 

"Michelle Obama est une femme noire en colère"

Stuart Haungen est le vice-président des républicains à l'étranger. Il habite à Paris.

Beaucoup de gens ne comprennent pas Cindy McCain. C'est une femme assez impressionnante. Elle a un master en puériculture et elle est très dynamique. Ca n'est pas juste une femme à la maison. C'est vrai qu'elle est dépendante au paracétamol, mais elle a été transparente là-dessus. Elle est victime d'un déchaînement médiatique, on essaie de la faire passer pour une droguée.

Si on regarde l'histoire de Michelle, on voit qu'elle a été impliquée dans des mouvements "fier d'être noir" [black pride mouvement]. C'est une privilégiée. Je ne sais pas pourquoi elle est en colère, mais ça a l'air profond. Elle me rappelle Jeremiah Wright [le Pasteur, ancien conseiller spirituel d'Obama, critiqué pour son "antiaméricanisme"]. Elle a le même état d'esprit. On devrait s'en prendre davantage à elle. Elle a dit et fait assez de choses pour prouver qu'elle est une femme noire en colère. Dire qu'elle n'est « pas fière de l'Amérique » : elle est folle ou quoi ? Elle et son mari postulent à la présidence du pays, nom de Dieu ! Si tu dis que l'Amérique est nulle, tu ne risques pas d'accéder au pouvoir."

"Attaquer une femme noire qui parle d’injustice ne va pas être facile"

Constance Borde est la vice-présidente des démocrates à l'étranger. Elle vit à Paris.

Cindy McCain est une femme certes puissante, mais qui sait rester à sa place. Michelle serait, je pense, la deuxième femme, après Hillary Clinton, à vraiment peser lors d'une présidence. Et elle ajoute une dimension supplémentaire parce qu'elle est d'un milieu social modeste et qu'elle s'en est sortie toute seule.

Les républicains ne se cachent pas de chercher à dégommer les femmes de candidats. Ca n'a rien de nouveau. Mais cette fois je ne pense pas que ça marchera : Michelle est une femme très intelligente et ils vont naviguer dans des eaux dangereuses. Elle a un vrai message. Une vraie histoire à raconter à propos de l'injustice. Attaquer une femme noire qui parle d'injustice ne va pas être facile."