Quand les anciens joueurs s'expriment sur la performance de l'équipe de France, ils ne sont pas tendres... Manuel Amoros, 82 sélections en équipe de France et vainqueur de l’Euro 1984 et Bernard Bosquier, défenseur central aux 42 sélections en équipe de France, ont été déçus par le jeu développé par les Bleus, lors du match France-Roumanie.

Il reste 2 matchs, il faut mettre le paquet !

Rien de ce que j'ai vu hier ne m'a plu. Ce n'était pas terrible, voire parfois très pauvre, tant au niveau du jeu en mouvement, que de la technique et du physique. La Roumanie a fermé le jeu et s'est repliée dans son camp, mais qui en doutait ? On le savait tous, mais malheureusement les Français n'ont pas trouvé la faille dans ce bloc très compact. C'était à nous de nous adapter, de les percuter sur les côtés.

L'absence d'Henry et Vieira n'est pas une excuse valable. Ils sont 23 joueurs sur la liste, les blessures font partie du risque du métier, donc ceux qui les remplacent doivent être prêts, le sélectionneur doit pouvoir compter sur eux. Côté joueur, Claude Makélélé est pratiquement le seul à avoir répondu présent hier, il faut s'inspirer de son gros mental. J'aimerais voir Patrice Evra à l'œuvre, il peut apporter le surnombre dans le couloir gauche.

L'équipe de France doit absolument se ressaisir avant d'affronter les Pays-Bas, qui m'ont fait une forte impression hier face à l'Italie. Il faut se préparer sans penser aux résultats de la première journée, il faut que les Bleus pensent d'abord à leur propre jeu, à trouver un rythme capable de déstabiliser n'importe quelle équipe. Il reste deux matchs, il faut montrer un autre visage, plus d'envie et de volonté, il faut mettre le paquet !

Je reste optimiste, même s'il reste les Pays-Bas et l'Italie à jouer, on a trop tendance à se préoccuper de l'adversaire au point d'oublier de se concentrer sur ses propres qualités."

Propos recueillis par Marc Daou / FRANCE 24

L’équipe de France n’a pas joué du tout, il n’y a pas eu de match !

Mais cela ne veut rien dire.

Le Bleus ont surtout manqué de vitesse d'exécution. De toutes les équipes qu'on a vu jusqu'à présent, c'est eux qui ont joué avec le pied sur le ballon. Il n'y a pas eu d'accélérations, il n'y a pas eu de changement de rythme, et en football moderne, on l'a vu avec les Hollandais, si on n'a pas cette vivacité on ne passe plus, c'est fini. Même Ribéry n'était pas dans son match. Mais bon les footballers ce ne sont pas des machines. Un jour dans leur tête ça ne passe pas et voilà.


Jusqu'a maintenant, que ce soit avec Zidane ou Platini, il y a toujours eu un joueur d'exception qui a fait la différence. Cette année je ne pense pas qu'il y en ait un qui puisse se révéler. Peut-être dans l'avenir mais pas pendant cette compétition.


Le football moderne ça ne se joue plus sur des passes latérales, ça se joue vers l'avant, ça se joue en prenant des risques. Quand on joue à six derrière avec Thuram, Gallas, personne qui monte, personne qui décroche, c'est sûr on ne prendra pas de buts mais on en marquera pas beaucoup.


Faudrait mettre des joueurs comme Govou, qui dribble dans le sens de la longueur et pas de la largeur. Je n'ai rien contre Malouda, mais les trois quarts des ballons il les joue vers l'arrière, donc ça n'apporte rien. On le sait que c'est dur de jouer devant. Mais quand on regarde Van Nistelrooy, c'est un attaquant qui bouge, qui veut jouer. Avec l'équipe de France on n'a pas cette impression. On joue plapla, tranquille et pense que ça va venir.


Ce que je note aussi dans cette équipe, c'est l'absence d'un patron. Il n'y a personne qui replace les gens comme le faisaient Deschamps ou Fernandez. On a l'impression que les joueurs viennent faire leur match et puis s'en vont. Ca manque d'envie ! »

Propos recueillis par Nicolas de Scitivaux / FRANCE 24