Une trentaine de néo-nazis ont défilé samedi à Washington. Leur slogan : "Vous ne pourrez pas nous empêcher de parler". L'un de ces nazillons nous raconte qu'Hitler est son modèle, tandis qu'un défenseur de la liberté d'expression nous explique pourquoi, aux Etats-Unis, on a le droit de dire ce genre de chose.

Vidéo postée le 20 avril 2008 par "World2theories"

VOUS (en pointant du doigt les gens qui le huent) êtes les terroristes. Vous êtes les criminels qui bafouez la démocratie et la liberté d'expression. (...) Nous vous donnons simplement l'opportunité de défendre ce que la majorité des Américains souhaite. Je me demande pourquoi ce ramassis de cocos et de libéraux marxistes sont venus nous crier dessus. (...) Vous ne pourrez pas nous arrêter, vous ne pourrez pas nous empêcher de parler. Vos cris stupides vous font ressembler à des gosses dans une école. (...)

Ce régime laisse des occupants prendre le contrôle de notre nation. Nous résistons à ces Mexicains qui prennent le contrôle de notre pays. Le pouvoir aux Blancs ! (...) A travers ce symbole, la croix gammée, nous obtiendrons l'attention dont nous avons besoin. La croix gammée symbolise la vérité et la justice. Nous devenons plus forts et nous ne partirons pas. Sieg Hiel !"

Vidéo postée le 20 avril 2008 par Adam Schreck

Le défilé s'est déroulé sous la protection de la police. Cinq contre-manifestants ont été arrêtés pour avoir "attaqué" des policiers (aux deux tiers de la vidéo).

"La manifestation a été une réussite à 100%"

Charles Wilson est membre du mouvement national socialiste qui a organisé cette marche.

Nous marchions contre l'immigration. Nous voulons que les Américains ferment leurs frontières, pas seulement aux Mexicains, aux Noirs aussi. (...) Nous ne voulons pas nous débarrasser d'eux, juste les faire partir.

Il y a eu des violences autour de notre manifestation. Six contre-manifestants ont été arrêtés. Nous, on ne se fait jamais arrêter. On fait les choses biens. Ils [les contre-manifestants] se battent les uns contre les autres - toutes ces races réunies - comme des animaux. Vous pouvez sortir un animal d'un zoo, mais pas le zoo d'un animal".

"La liberté d’expression sert les Etats-Unis

Gene Policinski travaille pour l'organisation First amendement Center, qui défend la liberté d'expression.

Le premier amendement [de la constitution américaine] protège toutes les idées, même si elles nous répugnent comme celle là. Dans certains cas, ce genre de manifestation peut être interrompue. Mais, pour obtenir un ordre d'interdiction de la justice, il faut prouver que la manifestation pourrait provoquer des violences immédiates. Le premier amendement laisse tout le monde libre de ses opinions, bonnes ou mauvaises, vraies ou fausses, afin de pouvoir tester laquelle de ces opinions perdure. Il existe des idées que l'on regrette ensuite. Et certains groupes deviennent ainsi populaires, comme le Ku Klux Klan dans les années vingt. Mais dans l'ensemble la liberté d'expression sert les Etats-Unis.

 

En général, laisser s'exprimer une opinion répugnante en limite l'impact sur le public. La conception européenne de la liberté d'expression, au contraire, a tendance à produire des groupes mystérieux [et donc attirants]. Car les gens imaginent que le gouvernement a ses propres raisons pour interdire certains groupes."

 

"Il y a quelque que chose qui ne va pas avec le premier amendement"

Gabe Salgado, 18 ans, a participé à la contre-manifestation avec son groupe de "clowns".

Nous sommes allés à cette manifestation avec notre groupe de "clowns". Nous rejetons l'idéologie nazie. Et je pense qu'il y a quelque que chose qui ne va pas avec le premier amendement, car ce genre de parade ne devrait pas être autorisée. Mais nous reconnaissons que même ces nazis sont des êtres humains, comme nous. Car à partir du moment où l'on déshumanise un groupe, on est en territoire dangereux."