Nous avions annoncé il y a plus d’un mois que le député néerlandais Geert Wilders préparait un film anti-islam qui allait "mettre le feu aux poudres". Ce film est sorti sur Internet hier soir. Nous avons demandé à nos Observateurs, des Pays-Bas au Pakistan, ce que cette vidéo pouvait provoquer dans leur pays. Peut-être pas grand-chose, finalement.

Le film devait sortir sur un site spécialement créé à cet effet, mais la société américaine Network solutions, qui gère les noms de domaine au niveau mondial, a refusé de céder Fitnathemovie.com à Geert Wilders. L’homme politique a donc adopté une stratégie " virale" pour diffuser sa vidéo. Le film a été publié simultanément, à 19h00 hier soir, sur plusieurs supports Internet. D’abord sur Liveleak.com, un site de partage "non censuré" de vidéos, ainsi que sur Google vidéo. Il s’est ensuite appuyé sur des dizaines de blogs d’extrême droite pour propager toute la nuit de nouvelles URL où consulter la vidéo. Surtout, Wilders a su utiliser les réseaux peer to peer (emule, Kazaa, etc…), sur lesquels des centaines de copies de Fitna sont disponibles depuis 19h00, sous tous les formats. Un choix judicieux tant ces réseaux d’échange de fichiers, en général utilisés pour télécharger des films et des musiques, est difficile à censurer. En trois heures, le film avait été visionné plus d’un million de fois sur le seul Likeleak - 3 millions cet après-midi. Probablement l’un des démarrages les plus rapides pour une vidéo en ligne.

"Je m’attendais à pire"

Umar Mirza est responsable d’un blog collectif de musulmans néerlandais :

Je regrette vraiment que tout le monde se soit excité autour de ce film avant sa sortie. Car j’ai vu le film hier soir, il est juste mauvais et n’apporte rien de nouveau. C’est une collection de vidéos trouvées sur YouTube. Avec les slogans habituels de Wilders. Je m’attendais à bien pire. Les musulmans hollandais sont habitués à ce genre de provocation.

 

Et nous en avions discuté bien avant la sortie de ce film : nous ne réagirons pas. La communauté musulmane a progressé depuis les années Van Gogh. Elle a appris à ne pas réagir à ce genre de provocation. Wilders montre toujours les mêmes prêches d’imams radicaux aux Pays-Bas. Ces imams ne représentent pourtant qu’une minorité. Je me définis comme musulman et comme néerlandais. J’aime ce pays tel qu’il est et j’espère que Wilders ne parviendra pas à nous monter les uns contre les autres.

 

"T'out pourrait changer si des manifestants s’en prennent à nos ambassades dans les pays arabes"

Carl Konigel, notre Observateur à Amsterdam :

Je ne pense pas que le film de Wilders déclenche des manifestations et des émeutes aux Pays-Bas. Finalement, son film n’est pas si subversif que ça. Il reprend des images d’archive que nous avons déjà vues. Même les supporters de Wilders semblent déçus. Ils attendaient peut-être un film qui s’attaque plus aux musulmans ordinaires, pas seulement aux dirigeants d’Al-Qaïda et aux imams. Un peu sur le modèle du film nazi le "juif éternel", sorti en 1941 ou 42, qui stigmatisait les juifs, en tant que peuple.

 

Je trouve que Wilders a finalement été assez prudent. Il a montré la caricature danoise la plus controversée, celle où le prophète a une bombe sur la tête. Mais, si la mèche de la bombe s’allume sur les dernières images du film, elle n’explose pas. Wilders a bien précisé aux médias que c’est un bruit de tonnerre que l’on entend à ce moment là, pas une explosion. De même, on entend le bruit de pages déchirées, mais Wilders a là encore expliqué que ce n’étaient pas des pages du Coran. Il affirme avoir utilisé un de téléphone potable.

 

Ce film n’a rien d’extraordinaire et il comporte même des boulettes. Par exemple, l’image du tueur de Theo Van Gogh, Mohammed Bouyeri, qu’il montre dans son film, est en fait une photo d’un rappeur néerlandais qui s’était déguisé. Les photos se ressemblent, les réalisateurs du film ont dû faire une erreur. Le rappeur a déclaré qu’il réfléchissait à poursuivre Wilders en justice.

 

Au final, je pense que ce film ne provoquera pas grand-chose aux Pays-Bas. Wilders en tout cas est intouchable. Personne ne sait où il est et il va rester dans son bunker pendant un moment. Mais tout pourrait changer, ici, si des manifestants s’en prennent aux ambassades néerlandaises dans des pays musulmans, comme lors de l’affaire des caricatures.

 

"Que va-t-il arriver aux blancs qui habitent dans des pays musulmans ?"

Zaheer Kidvai est notre Observateur à Karashi, au Pakistan :

Je n’arrive pas à croire qu’il appelle ça un film. Ca ressemble plus à une présentation sur Power Point. C’est juste une compilation de vidéos. Pour l’instant, je n’ai pas vu de réactions au Pakistan. Mais je suis sûr qu’il va y en avoir. Il y aura des violences, car certains vont réagir comme des enfants. Le réalisateur de ce film est protégé, mais qu’en sera-t-il des blancs qui habitent dans des pays musulmans ? Il n’est pas impossible qu’ils soient victimes de violences. Et je m’attends à ce que les produits hollandais soient boycottés, comme ce fût le cas des produits danois. Il y aura aussi sûrement des manifestations. Mais personnellement je préfèrerais qu’il y ait des manifestations pour protester contre la nullité de ce film".

"Ce film me choque profondément"

Ahmed Gamal Eldin est l’un de nos Observateurs au Caire, en Egypte :

Le problème c’est que ce film s’attaque directement au Coran. Ca n’est plus uniquement le prophète qui est visé, mais la religion dans son ensemble. Le montage donne une idée complètement fausse du Coran. L’Islam n’encourage pas le terrorisme et n’est pas responsable des attentats du 11 septembre. C’est une guerre entre des armées, pas des religions. Ce film me choque profondément. Pas seulement en tant que musulman, mais en tant que personne. Et je m’inquiète de ce qu’il va déclencher. Ca va encore renforcer la colère des pays occidentaux contre les musulmans, et réciproquement".