Mein Kampf sur un présentoir la librairie de Sogo Senayan, l'un des grands centres commerciaux de la capitale

Mein Kampf, le tristement célèbre ouvrage d'Adolf Hitler, a été traduit en indonésien en 2007. Une employée de Nasari, la maison d'édition qui a réalisé cette traduction, explique que ce livre, en vente libre dans le pays, fait partie de leurs cinq meilleures ventes en 2007. Doit-on s'inquiéter d'un tel intérêt pour la publication nazi dans le pays musulman le plus peuplé du monde ?

Publié chez Narasi, en deux tomes, un noir et un blanc, Mein Kampf affiche sans complexe une croix gammée sur sa couverture. Il est en tête de gondole dans les grandes librairies d'Indonésie, un pays qui compte 85% de musulmans et moins de 30 personnes de confession juive recensées sur plus de 234 millions d'habitants.

« Impossible de rater Mein Kampf »

Dyssia Hayat, française expatriée à Djakarta :

Le tout premier jour où je suis arrivée à Jakarta pour m'y installer, sur le chemin depuis l'aéroport, j'ai croisé un bus qui affichait fièrement un portrait d'Hitler, en noir et blanc, sur la fenêtre du conducteur. En faisant le tour des libraires, les jours suivants, je me suis vite rendu compte que les étalages étaient bien différents des nôtres. À la librairie de Sogo Senayan, l'un des grands centres commerciaux de la capitale, impossible de rater Mein Kampf, placé sur le présentoir face à l'entrée, aux côtés de toutes les nouveautés et des best-sellers du moment. On trouve également des livres qui prônent le Jihad, d'autres l'idéologie Nazi, des bandes dessinées à la gloire d'Ahmadinejad - le Président iranien très populaire ici -, mais aussi des ouvrages sur l'horreur de la Seconde Guerre Mondiale et des autobiographies de citoyens indonésiens qui ont vécu l'enfer des camps de concentrations. Une telle juxtaposition est perturbante. En interrogeant des vendeurs, j'ai constaté que Mein Kampf faisait effectivement partie des livres qui se vendaient très bien, mais il n'y a pas non plus de frénésie autour de ce livre ici, comme ce fut le cas en Turquie en 2005 ».

« Il existe indéniablement un fort sentiment anti-israélien ici »

Endy Bayuni, rédacteur en chef du quotidien Jakarta Post :

L'Indonésie est le premier pays musulman du monde. Il existe indéniablement un fort sentiment anti-israélien ici. Il est certain que l'idéologie antisémite de Mein Kampf plaît à certains, notamment aux personnes de extrême droite religieuse. Mais je pense qu'il s'agit là d'une minorité. En revanche, il n'est pas rare de rencontrer des gens qui possèdent ce livre ou qui l'ont lu dans le simple but d'enrichir leur culture générale. J'ai moi-même un ami qui l'a chez lui, mais qui n'adhère pas pour autant aux propos d'Hitler. Je ne pense pas qu'il faille interdire ce type de publication. Je suis pour la liberté d'expression [Mein Kampf est également en vente libre aux Etats-Unis ou en Australie] et je fais confiance à l'intelligence des citoyens pour faire la part des choses. Prohiber l'accès à certains livres ne ferait qu'attiser la curiosité et l'intérêt du public sur le sujet ».

« Mein Kampf est entré dans le Top 5 de nos meilleures ventes »

Une employée de Narasi, l'éditeur de Mein Kampf, qui préfère rester anonyme :

Nous avons été les premiers à publier Mein Kampf en Indonésien. Auparavant, il n'existait que des éditions en Anglais. Sur l'année 2007, les ventes ont été excellentes, à tel point que nous avons dû le réimprimer 3 fois. Entre le Tome I et le Tome II, plus de 15 000 exemplaires ont été écoulés. Mein Kampf est ainsi entré dans le Top 5 de nos meilleures ventes. Cependant, pour des raisons que nous n'arrivons pas à expliquer, cet engouement semble terminé. Moins de 500 copies ont trouvé acquéreur depuis le début de l'année. Nous n'avons donc pas prévu de le réimprimer pour l'instant ».

La biographie d'Obama et Mein Kampf sur le même présentoir